Le monde magique des Alebrijes : un artisanat mexicain coloré.

Classé dans : Artisanat | 2

esEspañol

Les Alebrijes sont des objets mexicains que vous ne retrouverez nul part ailleurs dans le monde. Chaque pièce est unique et sort directement de l’imaginaire de son créateur. Les formes, les couleurs et les motifs, chaque détails est créé et parfois même rêvé par celui qui le fabrique. Imitant souvent un ou plusieurs animaux, l’Alebrije revêt des formes fantastiques et est toujours très coloré. Fabriqué en papier mâché ou en bois, son élaboration dure plusieurs mois. Fait plutôt surprenant, cet objet artisanal mexicain a à peine 100 ans d’existence.

Il se dit que tout est parti d’un seul homme, Pedro Linares López. C’était un cartonnier qui travaillait avec de grands artistes comme Diego Riviera et Frida Kahlo. En 1936, il tomba gravement malade et connu une longue phase d’inconscience remplie de rêves et d’hallucinations de créatures fantastiques. Dans ses songes, il voyait des créatures, mélange de plusieurs animaux : un âne avec des ailes de papillon, un coq avec des cornes de taureau, un lion avec une tête d’aigle. Ils criaient : « Alebrijes, Alebrijes ». Après sa guérison, il s’est mis à fabriquer en papier mâché les figurines qu’il avait imaginées. Il leur donna le nom d’Alebrijes, dont aucune traduction n’existe puisque cette appellation est tout droit sortie de l’imaginaire.

En 1990, Pedro Linares López reçu le Prix National des Sciences et Arts, la plus haute distinction pour un artisan.

C’est dans les villages zapotèques de San Martín de Tilcajete et de San Antonio Arrazola que la production des Alebrijes fut reprise et perpétuée. Les artisans travaillèrent plutôt le bois, un matériau déjà connu par cette civilisation qui fabriquait des masques et animaux en bois. Cet art se transmet désormais de générations en générations au sein d’ateliers familiaux.

 

 

Les Alebrijes en bois sont réalisés à partir d’un morceau de Copal, un arbre que l’on trouve dans les environs. À peine coupé, le bois est relativement tendre ce qui permet de le sculpter facilement. Chaque figurine est réalisée avec un seul morceau de bois, taillé à la machette, au burin puis au couteau. Le morceau de bois est ensuite poncé pour lui donner son aspect lisse. Il sèche au soleil pendant plusieurs mois puis est enduit d’essence et d’insecticide pour le protéger des insectes. Ces étapes sont souvent réalisées par les hommes, les femmes prenant le relais pour la partie décoration. Le morceau de bois est d’abord peint d’une couleur uniforme puis les minuscules détails sont ajoutés patiemment. Pour terminer, une dernière étape de séchage permet de fixer les couleurs. Les peintures sont le plus souvent acryliques même si certains ateliers optent pour des peintures naturelles.

 

L’exploitation du bois de copal fut telle que cette espèce disparu presque. Des mesures de sauvegarde furent alors mises en place. Aujourd’hui, le moindre morceau de bois est utilisé au maximum : les chutes lors de la taille servent de cale pour combler les fissures qui se forment lors du séchage et la poudre issue du ponçage est transformée en pâte à bois pour combler les aspérités et rendre la pièce totalement lisse.

 

 

 

Plus un Alebrije sera grand, plus il sera cher. En effet, le temps de séchage pourra durer plusieurs années et le travail de décoration plusieurs semaines. La finition de sa peinture est aussi un élément important pour le prix.

Les Alebrijes, sont de véritables oeuvres d’art où l’on peut reconnaître le propre style de chaque artisan-artiste. Ces objets récents dans l’artisanat mexicain, ont su trouver leur place et sont un bel exemple de modernisation des traditions par le peuple mexicain.

 

 

 

Et pourquoi pas, ne pas fabriquer soi-même son Alebrije ?

Dulcemaría nous raconte comment elle en est arrivée à fabriquer son Alebrije.

Elle y travaille depuis 2 ans tous les samedis avec ses soeurs et son oncle. Dulcemaría est ingénieur de formation et elle a toujours voulu faire quelque chose d’artistique sans en avoir l’opportunité ni sans savoir quoi faire. Un des ses oncles a commencé a fabriquer des Alebrijes à la suite d’un atelier qu’il a pris, il y a de ça 10 ans. Elle trouva ses objets beaux et intéressants et son oncle lui proposa de lui montrer comment faire. La première étape fut d’imaginer son Alebrije.

 

« Je ne voulais pas faire quelque chose juste au hazard. Je voulais que ce soit quelque chose avec de la signification. Quels animaux j’aime ? Que pourrais-je faire ? »

 

Elle réfléchit alors a ses trois animaux préférés : la fourmi, le lion et le dauphin. La fourmi est un des animaux les plus forts de la planète, elle peut porter plusieurs fois son poids. Le dauphin est reconnu pour son intelligence et ses facultés de communication, comparables aux nôtres. Enfin, le lion représente le leadership, on dit bien que c’est le roi de la savane. Pour elle, ce ne sont pas ses plus grands idéaux dans la vie mais bien des qualités importantes.

Ensuite, son challenge a été de réunir ces 3 animaux qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Elle a commencé par un dessin reprenant les caractéristiques de chacun des animaux : les pattes pour la fourmi, la crinière pour le lion et la queue pour le dauphin. Cette ébauche lui a plu mais fait-il encore que cela fonctionne en 3D !

 

La matière première d’un Alebrije en papier est le papier journal qui se mélange avec de la colle, fabriquée à partir d’un mélange de farine et d’eau cuit sur le feu. Ce type de colle sert aussi pour fabriquer les piñatas. La structure de l’Alebrije se fait avec des tiges de papier journal roulé ce qui les rend rigides. En positionnant ces tiges, il faut imaginer où sera la tête et quelle partie nécessitera plus de soutien. Pour le corps de la fourmi, il a fait des boules de papier de plus en plus grande. Les dernières couches sont réalisées avec du papier blanc très fin pour recouvrir les écritures du papier journal.

 

Ensuite, il faut enduire avec du Blanco España : une peinture blanche qui s’utilise dans la construction et qui permet de durcir l’Alebrije. Dulcemaría décide de faire la base avec une peinture noire. Pour le reste, la décoration est libre et l’idée est que cela soit saturé de couleur et de motifs.

Aujourd’hui, il lui reste encore à finir la peinture sur la queue et les pattes avant de pouvoir participer à l’exposition familiale que compte proposer son oncle.

 

« Au final, nous avons découvert que le plus important de tout est la patience. »

 

 

 

Cela vous a donné envie de fabriquer vous même votre Alebrije ? Rendez-vous sur le site Amo-Alebrijes.com pour voir des tutoriels sur la fabrication d’Alebrijes en papier mâché.

 

 

Où voir des Alebrijes dans la ville de Mexico ?

Rendez-vous d’abord au Musée d’histoire populaire de Mexico. Vous verrez une impressionnante collection d’Alebrijes en papier mâché.

Vous pourrez également assister au « Défilé des Alebrijes Iluminados ». Il s’agit d’une présentation des Alebrijes de nuit avec leurs couleurs phosphorescentes, c’est merveilleux mais venez tôt car il y a du monde !

Un autre défilé d’Alebrijes monumentaux a également lieu sur l’avenue Reforma en octobre 2018.

Pour en savoir plus, voici une immersion dans l’atelier de Jacobo y de María Ángeles à San Martin de Tilcajete : lien.

 

 

Vous avez une question ? Vous aimez ces objets ? Partagez en commentaire !

2 Responses

  1. Tubesexbraip

    It’s really a cool and helpful piece of information. I am satisfied that you just shared this helpful info with us italian anal. Please stay us up to date like this. Thanks for sharing.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *